Pourquoi je suis preneur de la lutte des Graphtech ...

Publié le par Nadine REYDET

Pourquoi je suis preneur de la lutte des Graphtech ...

A cause des valeurs que l’on m’a inculqué, à cause de ma foi.

Graphtech symbolise le capitalisme sauvage où les règles sociales n’existent pas. Seuls les profits à court terme comptent.

Patron voyou peut être, mais le patron est il encore maître de la destinée de son entreprise ?

C’est la finance qui tire les ficelles de la marionnette « Patron »

L’argent tel qu’il est utilisé par les financiers et les actionnaires des fonds de pension salit tout.

Ce qui est beau c’est le fruit du travail des ouvriers, des techniciens, des ingénieurs, des cadres de production. J’ai pu voir une électrode en carbone façonnée par les travailleurs de Graphtech, c’était beau comme de la dentelle, une œuvre d’Art.

Jeudi dernier je suis allé passer quelques heures avec ceux qui luttent pour empêcher le rapt de quatre tours numériques. La bataille des copains qui bloquent l’entrée de leur usine est belle. Je me suis senti uni avec eux dans ce combat, et savez vous ce qu’ils m’ont dit ? « Une lutte perdue, c’est une lutte qu’on a pas menée. »

Les financiers et les spéculateurs sont les responsables de la précarisation. Ils me font penser aux marchands du Temple.

Jean, membre de l'ACO (Action Catholique Ouvrière)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article