NOEL EST PLANETAIRE ...

Publié le par Nadine REYDET

NOEL EST PLANETAIRE ...

Message proposé par la Mission ouvrière :

Action Catholique des Enfants,
Jeunesse Ouvrière Chrétienne,
Action Catholique Ouvrière,
Groupe de Recherche et d’Étude en Pastorale Ouvrière,
Prêtres-ouvriers,
Diacres en monde ouvrier,
Religieux et Religieuses en monde ouvrier,
Délég
ués régionaux et nationaux à la Mission ouvrière

--------------------------------------------------------------------------------------------


Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière.
Oui, un enfant nous est né, un fils nous a été donné !
Isaï
e 9 (extraits)

Saint François, fidèle à l'Écriture, nous propose de reconnaître la nature comme un splendide livre dans lequel Dieu nous parle et nous révèle quelque chose de sa beauté et de sa bonté. Il est l'exemple par excellence de la protection de ce qui est faible et d'une écologie intégrale, vécue avec joie et authenticité. En lui, on voit jusqu'à quel point sont inséparables la préoccupation pour la nature, la justice envers les pauvres, l'engagement pour la société et la paix intérieure.

Pape François, Laudato Si', (10-12), extraits
Encyclique « Loué sois-tu », Rome, le 24 ma
i 2015

Laudato si', loué sois-tu, mon Seigneur, par frère Vent,

Par frère Vent, Joseph, Marie, Jésus sont poussés au désert
(leur prière est extrême, leur condition précaire)

Par tous les temps,

Ils subissent les pressions, les misères quotidiennes des familles en galère
(scandales si banals)

En un éclair,

Ils deviennent migrants
(leur naufrage est sans âge, puisqu'il est de tout temps)

Sous la brise, ils espèrent

Ils espèrent le vent des Noëls solidaires
Ils réclament le souffle de l'hospitalité
Ils s'ouvrent au grand air des énergies nouvelles
(Ils voient le monde en vert
Avec des yeux d'enfant)

Laudato si', loué sois-tu, mon Seigneur, par sœur Eau,

Par sœur Eau, Jésus boit et grandit, joyeux, à Nazareth
(il saute dans les flaques, rit fort, part jouer en courant)

Juste après son cousin, les pieds dans le Jourdain,

il plonge
(son baptême nous entraîne à faire comme lui : à risquer notre vie)

Avec les jarres d'eau des purifications,
(les rites s'approprient le mystère de la vie)

il fait un vin nouveau
(il donne sa propre vie, libère nos rituels, nos propres traditions)

Près d'un puits,

Il a soif

Il a soif du respect d'une femme étrangère
Il aspire à la paix des peuples de banlieue
Il a soif d'une soif aussi pure qu'un enfant
(Il sait prendre son tem
ps
Il marche lentement)

Laudato si', loué sois-tu, mon Seigneur, par frère Feu

Par frère Feu, une étoile conduit trois rois vers un enfant

Devant cet incendie de l'amour amoindri,

Une révolution éclate sur la paille
(les rois sont sur la paille, leurs couronnes à terre)

Par tous les feux de joie des bergers de la crèche, par leurs tentes élargies, leurs fêtes légendaires,

Tous les squats de la terre s'éclairent en même temps, et toutes les prisons, toutes les exclusions

A ce feu,

Bébé dort

L'or n'est pas ce qu'il aime, ni l'encens, ni la myrrhe,
Ni le feu des armées, ni les grands champs de tir
Il est le conseiller de la paix maintenant
(Ce que le monde attend
Il le chante en dormant)

Laudato si', loué sois-tu, mon Seigneur, par sœur notre mère Terre,

Par sœur notre mère Terre, un âne se repose
(la corde est relâchée, douce miséricorde)

Tout doucement par terre
(Marie est une vraie mère, songe soudain Joseph, le sage paternel),

on dépose l'enfant
(comme on pose une orange, ou du pain sur la table, ou des tables dans l'herbe)

Sur les prés de Judée, au chômage, sans abri, Joseph cherche du bois comme on cherche du travail
(il fait encore si froid, le soleil est sans voix, l'hiver peu fraternel : est-ce vraiment Noël ?)

Sur le sol,
Christ s'éveille
(en même temps qu'il naît, il est ressuscité : un soleil s'est levé)

Déjà le cri paraît du frère nouveau-né
Déjà s'ouvrent les mains des riches renvoyés
Déjà tombent les trônes des puissants renversés
(L'enfant Dieu est en train
de changer notre terre)

Heureux les artisans à l'écoute du VENT
Heureux les amoureux de l'EAU et des rivières
Bienheureux les gardiens du FEU de l'enfant Dieu
Heureux ceux qui voudront l'allumer sur la TERRE

Soyons tous dans la joie

La planète appartient à toute l'humanité et est pour toute l'humanité, et le seul fait d'être né en un lieu avec moins de ressources ou moins de développement ne justifie pas que des personnes vivent dans une moindre dignité. Les plus favorisés doivent renoncer à certains de leurs droits, pour mettre avec une plus grande libéralité leurs biens au service des autres.
Pour parler de manière correcte de nos droits, il faut élargir le regard et ouvrir les oreilles au cri des autres peuples et des autres régions de notre pays.
Nous avons besoin de grandir dans une solidarité qui doit permettre à tous les peuples de devenir eux-mêmes les artisans de leur destin.

Pape François, La joie de l'Évangile (190), extraits
Exhortation apostolique, Rome, le 24 novemb
re 2013

Publié dans mission ouvrière

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article